Jour 8 : Saint-Marcel - demain c'est repos !

Publié le par sauvons-la-maternite-2011

jour8 (2)

C'est en compagnie de Jean-Bernard et du gobie bleu qui a traversé le delta du Rhône et l'a remonté pour rejoindre Marc, que le maire a pris ce matin très tôt le guidon, direction Saint-Marcel en Saône et Loire où ils sont arrivés aujourd'hui vers 12 heures. Accompagnés par la pluie au départ, le ciel s'est éclairci jusqu'à Saint-Marcel. Mais, hélas, le temps reste incertain. Mais il faut dire qu'à la fraîcheur d'une  pluie matinale, la grasse matinée de demain n'en sera que meilleure. Surtout après la soirée resto que l'équipe a prévu. Car on est bel et bien au coeur de la France gastronome !

Cette après-midi Marc rencontrera un journaliste de radio france bleue, une radio qui suit ce périple depuis le début sur ses ondes.

Demain, c'est donc repos pour toute l'équipe, sauf pour le maire qui devra répondre aux sollicitations de la presse locale (le journal de la Saône et Loire et le Progrès). Bon repos à tous !

 

Retrouvez toutes les photos des étapes dans l'encart à votre droite ALBUM PHOTOS

 

Le mot du maire sur l'étape

Je croyais que ça allait être un vrai repos de deux jours, cette étape de Saint-Marcel, sur la rive gauche de la Saône, en face de Châlon (71).

    Erreur ! Après un direct sur RMC à 6 heures du matin, puis avoir bouclé les 75 km à une vitesse plutôt soutenue pour échapper à la pluie et être prêt pour l'échange en duplex que j'ai eu avec nos concitoyens seynois et nos visiteurs rassemblés sur la Place Bourradet de La Seyne, j'ai espéré en vain bénéficier d'un moment de sieste. Peine perdue : ici comme ailleurs, les journalistes tiennent à nous rencontrer, et ils ont bien raison.

    Ça s'est fait en présence de Jean-Noël Despocq, maire de la commune, venu nous accuellir et nous encourager, et de syndicalistes de SUD, qui se mobilisent ici contre un projet de regroupement hospitalier. Nous avons échangé pendant plus de deux heures. Toujours la même lecture partagée de la politique gouvernementale : ce sont les fondements de l'égalité républicaine qui sont mis à mal.

    Et, comme toujours, des visites. Aujourd'hui, c'est Jean-Bernard, le "papa" du gobie bleu, qui a pédalé avec nous. Et, à midi, nous avons eu le plaisir d'accueillir au campement René et Denise Reverdito, animatrice d'Europe Ecologie Les Verts pour La Seyne, qui, eux aussi, partagent nos inquiétudes et notre détermination à ne pas laisser liquider un édifice construit par nos anciens.

    J'ai aussi eu au téléphone Arthur Paecht, mon prédécesseur UMP à la mairie et ancien vice-président de l'Assemblée Nationale. Nous irons ensemble au ministère plaider pour notre maternité. De nos amis communistes qui ont été dès le début sur le front de la défense de notre service public jusqu'aux républicains "de l'autre camp que le nôtre", il se construit un vrai front commun face à ceux qui ont manifestement oublié le simple bon sens pourtant inscrit dans la Constitution de notre République. Esprit de résistance, comme en d'autres temps, au-delà des sensibilités, mais sans les oublier, pour l'intérêt de notre peuple.

    Allez, je vous laisse. Nathalie nous quitte demain, ça va faire un vrai vide. Elle a une place essentielle dans notre petite communauté. On va être tristes. Et elle aussi, je crois. Ça serait bien qu'elle puisse nous rejoindre un peu plus au Nord (as-tu noté, Charly ? Promis, si tu nous la "renvoies", juré, après le 17 on te la rend pour de bon !). Elle a préparé pour son dernier repas avec nous un rôti de porc au citron qui sent rudement bon. Et ca, ça ne peut pas attendre !

Commenter cet article